05 décembre 2020

Chatbot et recrutement de la tendance à l’usage, où en est-on?

# Article

Les chatbots, ces outils de conversation automatisés ont fait une entrée très remarquée dans le monde des ressources humaines depuis 2017. Initialement développé pour les services clients, le bot a beaucoup d’atouts pour s’immiscer de plus en plus dans les processus de recrutement.

On en est ou aujourd’hui ?

Pour commencer, il y a deux types de bot : ceux qui utilisent des algorithmes proches de la logique d’intelligence artificielle (IA) et ceux qui n’en utilisent pas. 

Mettons les choses au clair : la plupart des bots ne sont pas dotés d’IA.

Les parcours Bot sont des scénarios prédéfinis qui sont fixes. Partons du principe que vous avez suivi deux trois cours d’Excel à l’école, vous voyez la formule de condition Excel IF ceci alors REPONSE = article trop intéressant? 

You got it! Le bot sera par exemple chargé de répondre B si vous dites A en suivant l’arbre décisionnel. 

L’autre type de Bot qui pour le moment n’est pas tout à fait au point selon moi, se base sur de l’IA. NLU (natural language understanding) et NLP (natural language processing) qui permettent de créer des interactions personnalisées pour chaque utilisateur.  En outre, ce type de Bot serait capable de déceler les subtilités humaines (propos sarcastiques, ambiguë, implicite) 

Ainsi dans le premier cas, le concepteur du Bot aura défini un certains nombres de cas d’usages auxquels le Bot pourra répondre. En dehors de ces cas, le Bot ne pourra pas interagir avec un utilisateur. Dans le second cas, le concepteur du Bot devra enrichir son outil d’énormément de data pour apprendre à son Bot à répondre aux questions, à proposer (logique de machine learning)… Et ça prend du temps, ça fait 10 ans que les GAFA y sont ?

Il existe également un troisième modèle de Bot qui pour moi n’en est pas un, le chat en direct, qui est plutôt un dérivé de messenger. (nous on utilise un mix entre 1 et 3) 

Et dans le recrutement alors ?

Bon pour en revenir à nos moutons, dans le recrutement ça donne quoi? 

Il existe un usage principal qui est la présélection. 

Les chatbots de présélection comme leurs noms  l’indiquent servent  à effectuer une première sélection des candidats en fonction de mots clés et autres critères qu’ils auront reçu.

S’ils sont un pas en avant pour certains recruteurs, cela peut aussi augmenter la frustration du candidat quant à son expérience. Le bot contient en lui des promesses induites telles que l’immédiateté, la fluidité de l’échange qui sont des caractéristiques dérivées de toutes les plateformes conversationnelles (Whatsapp, messenger, sms…). Or,  ce qu’attend le candidat est bel et bien une réponse ou à minima une avancée quant à sa candidature.

Anyway, pour le bot comme pour l’intelligence artificielle : attention à  l’effet de mimétisme. Cela n’est pas propre à l’IA mais bien à l’humain qui le programme, le bon candidat ressemble à ça! Ah sacré humain que nous sommes, à trop vouloir simplifier on va perdre de la richesse (humaine ?)

En fonction des critères plus ou moins poussés les candidatures vont se ressembler de plus en plus. Poussant également les candidats à se standardiser, et par ricochet, cela va impacter la diversité et donc la richesse (humaine toujours)  en entreprise

Niveau suggestion du jour, on propose une piste intéressante,  qui serait d’utiliser le bot comme outil informatif et ludique pour présenter l’entreprise, l’équipe qui recrute avec un parcours personnalisé. 

Pouvoir lui montrer des vidéos de l’entreprise, du manager de ses collègues dans l’équipe, des sujets d’actualités de l’entreprise… (Sam de chez Mazars, vous êtes sur la bonne voie les gars!) 

Vous êtes partant pour la conclusion la plus rapide du monde? 

Let’s go: “l’hybride c’est pas mal !”